Home » Articles posted by Denis Moreau (Page 2)

Author Archives: Denis Moreau

S’y retrouver dans la jungle des serruriers ?

Trouver le serrurier idéal n’est pas chose aisée ! Il existe tant d’artisans et d’entreprises, qu’il peut être compliqué de s’y retrouver dans cette jungle de professionnels. Comment faire pour choisir le meilleur professionnel ?

Consulter des plateformes spécialisées

La profession de serrurier souffre encore d’une image parfois compliquée. Malhonnêtes, indélicats, dès lors qu’il faut faire appel à ces artisans, la crainte de se faire arnaquer n’est jamais loin. De plus, leur grand nombre ne facilite pas la tâche au moment de choisir le bon, d’autant plus que le moment est souvent critique ! La meilleure façon de procéder reste celle de se rendre sur des sites spécialisés, qui sélectionnent avec rigueur des professionnels.

Ainsi, trouver un serrurier à Paris n’est pas compliqué lorsque l’on se fie à la liste des artisans présents sur certaines plateformes.

En outre, on bénéficie des avis des clients, ce qui permet d’être certain de faire le bon choix.

On peut aussi se tourner vers le bouche-à-oreille. Un serrurier qui vous est conseillé est sans doute une bonne piste. S’il s’agit d’une entreprise, sachez que celle qui fait partie d’un réseau agréé par un fabricant de serrures est généralement obligée de respecter une certaine ligne de conduite, rigoureuse et honnête, gage de qualité.

Les points à vérifier

Une fois que vous pensez avoir trouvé le professionnel idéal, il est important de vérifier quelques points avant de le faire intervenir ou d’accepter ses suggestions.

Sachez qu’un serrurier ne propose jamais de tout changer après un simple coup d’œil. Il prend le temps d’analyser ce qui ne va pas, et vous propose une solution, qui d’ailleurs ne doit pas être la plus coûteuse.

S’il faut ouvrir la porte, il doit vous prévenir avant de la difficulté que cette tâche peut engendrer en fonction des mécanismes, et qui va faire varier le prix. Celui-ci est évidemment annoncé à l’avance. Le montant d’une facture comprend les frais de déplacement, le coût de la main-d’œuvre et éventuellement du matériel. Le devis est obligatoire quand le prix risque d’excéder les 150 euros ! Enfin, la facture comporte toujours les coordonnées du serrurier, et, en cas d’intervention en urgence, le devis devient un « devis facture ». Cependant, c’est lors de la prise de contact par téléphone que le dépanneur doit vous donner un maximum d’informations, de quoi éviter parfois un déplacement inutile.

Pensez toujours à garder les pièces défectueuses. En cas de litige, vous pourrez ainsi les faire expertiser.

Changer sa porte : comment s’y prendre ?

A l’occasion de travaux de rénovation, afin d’améliorer la sécurité d’un bien ou par simple envie de modifier la décoration d’une pièce, il existe de nombreuses raisons de vouloir changer de porte. Différentes options sont alors envisageables, voila comment s’y prendre !

portes

Choisir le bon modèle de porte

Porte pleine, vitrée, coupe-feu, de garage ou encore blindée… Il existe une quantité de portes adaptées à toutes les situations et dont les structures et matériaux vont différer. Avant de faire un choix, il est donc indispensable de déterminer les besoins et le budget, une étape qui se fait avec l’aide d’un professionnel. Le style de la porte va également avoir des conséquences sur la décoration et doit être adaptée à la situation.

Une porte standard conviendra par exemple à une cuisine ou une chambre mais dans un bureau professionnel une structure acoustique sera nécessaire afin d’assurer une certaine isolation.

La question des matériaux

En fonction des goûts de chacun et du style recherché, le matériau va différer. Mais c’est aussi le budget alloué au projet qui va déterminer le choix final. Du bois, du verre ou du composite pour l’esthétisme, du PVC pour l’isolation ou encore de l’acier et de l’aluminium pour le niveau de sécurité, les possibilités sont multiples.

Déterminer le mode de pose

Selon qu’il s’agit de la porte d’entrée ou d’une porte intérieure, et selon si le dormant sera conservé ou si une dépose totale est envisagée, changer une porte s’accompagne de nombreuses questions.

La première chose à considérer est la méthode de rénovation. La pose dite « en rénovation« , c’est-à-dire l’installation d’un nouveau dormant qui se fait sur l’existant, est la méthode la plus rapide. La pose n’excède pas une demi-journée et la finition est réduite. C’est une façon de faire qui fonctionne uniquement si le dormant est en bon état.

L’inconvénient de cette méthode est que posée sur un dormant existant, la porte sera plus étroite, et devra par conséquent être faite sur mesure ce qui risque d’entraîner une augmentation du prix.

Autre méthode, la pose en « dépose totale » qui se fait sur un dormant neuf. Il s’agit de la technique la moins onéreuse mais les travaux sont plus longs.

Quelle que soit l’option choisie, il est essentiel de s’entourer de professionnels capables de conseiller et d’assurer une prestation de qualité, le seul moyen d’obtenir le meilleur résultat.

A noter que s’il n’existe pas de loi entourant l’achat et l’installation de portes, certaines normes et labels vont faciliter le choix, notamment pour les professionnels et assurer la qualité.

Rénovation ou construction, l’essentiel est de faire un choix qui entre dans le budget et s’adapte à la situation.

La caméra wifi : l’arme absolue pour votre sécurité ?

Si les cambriolages dans les habitations principales augmentent, ce sont ceux des résidences secondaires qui progressent le plus, au grand dam des propriétaires absents la plupart de l’année. Pour répondre à ce besoin de sécurité croissant et à la professionnalisation des cambrioleurs, les fabricants de système de protection ne cessent d’innover avec des dispositifs toujours plus performants, à l’image de la caméra wifi.

camera-wifiLe marché de la sécurité

La sécurité est de plus en plus présente dans l’esprit des ménages. La raison, des cambriolages en progression constante ces dernières années (+ 6,4 % en 2013 en zone urbaine et + 4,7 % en zone rurale).

Parmi les systèmes les plus rassurants d’après les consommateurs, les caméras, qui pourtant ne se trouvent encore que dans 3 % des logements et viennent en complément du digicode. On estime tout de même que 62% des ménages possèdent au moins un équipement de sécurité (porte blindée, digicode, alarme, etc…), c’est dire si ce marché s’avère florissant. Aucun doute, l’idée de garder un œil chez soi même lors de déplacements lointains (possibilité d’accéder aux caméras à distance via internet ou son smartphone) est aussi tentante que rassurant !

Bien choisir sa caméra wifi

Comment bien choisir sa caméra wifi, telle est la question que se posent tous ceux qui veulent renforcer la sécurité chez eux en optant pour les dernières innovations. Le leader incontesté des caméras de surveillance est Axis. Si la majorité des modèles de sa gamme est tournée vers les professionnels, la marque dispose néanmoins de produits grand public. D’autres acteurs ont déjà pris les devants en proposant des solutions comme des packs de surveillance. Parmi eux on trouve Logitech, Blyss, Evology, et Myfox. Ce dernier revendique plus de 100 000 exemplaires vendus pour son TAG myfox, un capteur de sécurité « intelligent ». Archos a également sorti un dispositif d’installation très grand public avec une tablette associée à 6 éléments qui communiquent en Bluetooth.

Choisir sa caméra, c’est se poser quelques questions pour bien définir ses besoins. Intérieur ou extérieur ? Fixe ou motorisée ? Résolution SD ou HD ? Vision nocturne ? Micro et sortie son ? Liaison alarme ? Lecteur de carte mémoire ?

Quoi qu’il en soit, le marché des technologies de protection n’a pas fini de nous étonner avec l’apparition fort probable de nouveautés ces prochaines années. Le marché du smartphone est aussi sur le coup, avec les applications utilisant la caméra du téléphone ou proposant seulement la consultation des images en temps réel. De quoi rassurer les particuliers !

Serruriers, votre assurance décennale en détails (obligations, garanties, prix)

L’assurance décennale qui est rendue obligatoire par la loi Spinetta de 1978 implique tout constructeur. L’expression « constructeur » désigne toute personne physique ou morale qui entreprend des travaux de construction. Les serruriers aussi en font partie, car intervenant au dernier stade de la construction.

serrurier-assurance

Pourquoi souscrire à cette assurance pour un serrurier ?

En effet, le serrurier qui intervient dans la dernière phase de la construction est aussi exposé à de nombreux risques. Son intervention peut occasionner des dommages, malfaçons ou des vices occasionnant ainsi des dommages importants sur la construction.
Les propriétaires mécontents, peuvent de ce faire, porter plainte contre eux et leur demander réparation. C’est à ce titre que l’assurance décennale leur est rendue obligatoire.
Afin de se prémunir de tout risque pouvant survenir, et aussi pour assurer une couverture aussi bien pour le client que pour le professionnel, les serruriers ont l’obligation de souscrire une assurance décennale qui protège leur responsabilité pendant 10 ans dès la date de remise des travaux.

Que couvre-t-elle ?

L’assurance décennale serrurier couvre toute malfaçon, vice, et autres dommages résultant des travaux effectués par le serrurier. Entre autre, on peut citer : l’altération du système de sécurité, fissure des vitres, mauvaise isolation des dormants des fenêtres, etc.
Le risque peut aussi porter sur les travaux faits par d’autres corps de métiers et qui ont été endommagés du fait de l’intervention du serrurier.
Cette assurance couvre aussi bien la responsabilité du serrurier que le client en cas de survenue du risque.

Combien coûte cette assurance ?

Le prix de l’assurance décennale serrurier varie et tient compte d’un certain nombre de facteurs tels que : le chiffre d’affaires annuel, le nombre d’années d’expérience, la taille de la société, etc.
Le prix du contrat est généralement compris entre 1200 euros et 1500 euros par an compte tenu de tous les facteurs à risque. Quelle que rares fois, ce montant peut monter à 2000 euros si l’assureur estime que la société a des facteurs de risques.

Vous pouvez trouver de nombreux fournisseurs pour souscrire à cette assurance, il vaut mieux comparer plusieurs devis avant de choisir.

Où pouvez-vous souscrire à une assurance décennale ?

Si vous avez besoin d’une assurance decennale, c’est le moment où jamais de vous y mettre car vous ne pourrez pas passer à côté ! En revanche, vous devez absolument savoir que le prix moyen de celle-ci dépend de nombreux facteurs et que vous payerez alors des prix assez différents en fonction de la nature de vos projets, mais ce n’est pas tout ! Pour pouvoir savoir combien va pouvoir coûter votre assurance décennale, il va falloir prendre en compte :

Serrure ancienne : Origine & Modèles

La serrurerie, si elle bénéficie chaque jour de nouvelles avancées technologiques, est un domaine dont on estime l’apparition à la préhistoire. Avec l’invention de la clé au IIème millénaire avant J.-C., la serrure reste le moyen le plus sûr de protéger des biens et des personnes.

Si la traditionnelle clé est en passe de se faire oublier au profit de méthodes électroniques, elle et la serrure ancienne font encore les beaux jours des passionnés.

Les origines

serrure-compliqueA en croire les spécialistes, la serrure a toujours existé ! Si vraisemblablement on estime que le verrou fut le premier à fermer les habitations, il dut rapidement être remplacé par les premières serrures.

Celles-ci ne devaient pas avoir grand-chose à voir avec celles que l’on connait aujourd’hui, et il s’agissait sans doute des premiers cadenas, mais les fondations de la serrurerie étaient posées et ce domaine ne devait pas cesser de changer. La serrure a évolué avec le temps, mais son nom vient bien du latin « sera », nom donné par les romains au cadenas.

Très répandus au Moyen-âge, ils s’ornent d’incrustations et de ciselures et se présentent sous diverses formes, tout à tour sphériques, cylindriques, souvent en fer et de grandes tailles. A une époque difficile à dater, la serrure fixe apparaît. Très simple, elle se compose d’un seul pêne emboité dans un mur et que l’on actionne par un mouvement de va et vient grâce à une clé, des méthodes déjà connue en Egypte des milliers d’années avant de faire leur apparition en Europe.

L’envie de se différencier, d’afficher sa richesse ou de compliquer simplement la tâche des voleurs potentiels fit rapidement de la serrurerie un art à part entière.

Les différents modèles

Dans les musées, il n’est pas rare de tomber sur des coffres et malles, très en vogue au Moyen-âge, possédant une serrure d’une extrême complexité. Parfois même elle se cache derrière une partie de la décoration qui ne laisse entrevoir aucun passage pour la clé.

On constate aussi que de nombreuses serrures anciennes sont ornées de devises et la boîte qui reçoit le pêne prend le nom de palastre. A l’intérieur, la clé arrive dans la contreplaque. Aujourd’hui, il est rare de trouver des serrures très travaillées et le mécanisme a souvent été simplifié avec le temps.

Rien à voir avec les serrures à secret ou à combinaison qui présentent des mécanismes très ingénieux ! Ainsi, on peut découvrir des serrures à secret dont l’entrée se dévoile par pression de boutons ou par déplacement unique, latéral, vertical…

D’autres enfin sont dotées d’un mécanisme en plus, situé à l’intérieur, qui permettait autrefois de piéger les voleurs ! Le crochetage étant impossible, ceux qui tentaient de l’ouvrir sans connaître la manœuvre à suivre pour libérer le pêne pouvaient se retrouver menottés par un savant mécanisme !

Ces serrures étaient généralement réalisées par des compagnons serruriers du Devoir.


Un exemple intéressant : La serrure à piège

serrure-a-secret

Serrure à pièges et à secrets réalisée vers 1860 par Emile Ottia dit Emile le Tourangeau, compagnon serrurier du Devoir. Cette serrure comporte une ouverture masquée par une porte aux armes de la Ville de Tours qui ne s’ouvre qu’en actionnant un dispositif secret. En position armée, toute tentative pour forcer la serrure déclenche un petit canon et un piège à menottes qui enserre la main du cambrioleur.

Gâche électrique : Définition & Choix

La gâche fait partie des 4 éléments qui composent une serrure. De manière générale, la clé est introduite dans le cylindre, celui-ci tourne pour actionner le pêne qui va alors activer la gâche de la serrure pour verrouiller la porte. Il existe deux modèles différents, simples ou électriques. Si la première que l’on active manuellement est la plus utilisée, la seconde commence à prendre une place considérable pour le confort et la sécurité qu’elle apporte.

Qu’est ce que la gâche électrique ?

gache electriqueLa gâche de serrure se compose d’une pièce de tôle qui vient se fixer sur le chambranle de la porte. Sa version électrique peut être installée sur tout type d’ouverture, y compris les portes simples. Elle vient se fixer sur des serrures en applique, c’est-à-dire qui présentent un boîtier apparent, ou sur des serrures à encastrer (aussi appelée « à larder » ou « à mortaiser »).

Le gros avantage de la gâche électrique est qu’elle peut se verrouiller à distance. Elle nécessite l’utilisation d’un interphone ou d’un bouton-pression, d’une clé ou d’un commutateur, d’une horloge interne ou encore d’un ordinateur ou d’un moniteur. Porte d’immeuble, portails, locaux de stockage sécurisés et issues de secours en sont généralement équipés. Outre le confort qu’elle amène par rapport à une gâche classique, elle permet de sécuriser davantage le lieu et d’en faciliter l’accès.


Comment la choisir ?

Il existe 3 types de gâche pour serrure électrique et un grand nombre de modèles. En cas de coupure de courant, chacun réagit différemment. La gâche normale, aussi appelée « fail  safe » permet de verrouiller la porte sans alimentation. La gâche alimentée, ou « fail secure » se déverrouille sans alimentation. Chaque type est classé sur une échelle de 1 à 3.

  • La gâche à émission : l’ouverture de la porte se fait en appuyant sur un bouton de pression, en cas de coupure de courant, la porte est verrouillée.
  • La gâche à contact stationnaire : elle se ferme automatiquement en même temps que la porte
  • La gâche de rupture : en cas de coupure de courant, la gâche déverrouille la porte et permet l’évacuation d’urgence.

Pour bien choisir une gâche, il faut commencer par déterminer le type de local à équiper (collectif ou individuel), la serrure à laquelle l’associer, le mode de fonctionnement (à impulsion ou à rupture) et les options (24V, 48 VCC ou tension spéciale).

Après s’être assuré que le transformateur emploie le même voltage que le modèle choisit, le montage est simple. Au niveau des prix, il faudra compter de 1 à 10€ pour une manuelle et de 20 à 90€ pour une électrique.

Choisir un canon de serrure : Pas si simple !

Le canon de serrure, aussi désigné sous les noms de cylindre ou barillet, fait partie des 4 composants d’une serrure. Il s’agit de l’endroit où vient se loger la clé. Lorsqu’il est activé, il actionne le pêne qui va déclencher la gâche pour verrouiller la porte. Il se compose généralement de deux parties, une fixe (le stator) et une mobile (le rotor) qui tourne sur elle-même lorsqu’elle est manipulée manuellement.

Bien choisir son cylindre de serrure

canon serrureLe cylindre est l’élément qui va déterminer l’ouverture et la fermeture d’une porte. Il existe une quantité de modèles qui répondent aux exigences des clients et des lieux à sécuriser.

Qu’il s’agisse de fermer une porte d’entrée de l’intérieur comme de l’extérieur, de sécuriser un local sans risquer de s’y enfermer ou d’ouvrir une porte de garage différemment dedans et dehors, il est indispensable de bien s’interroger sur l’utilisation que l’on souhaite avant d’investir.

Plus le canon est complexe et plus la sécurité est assurée. Il peut ainsi contenir de 5 à 36 goupilles. Leur disposition, parfois sur plusieurs axes autour de la clé, peut rendre impossible la reproduction de clé. En fonction des pays, les modèles diffèrent également.

Les différents types de verrouillage



En fonction de l’utilisation de la porte, il faudra opter pour un cylindre classique (reconnaissable à ses deux entrées de clé) ou pour un débrayable. Celui-ci permet d’ouvrir la porte à clé même si une clé est insérée de l’autre côté.

Autre possibilité, le cylindre à bouton, débrayable, mais dont l’entrée de clé côté intérieur est remplacée par un bouton. Enfin, le demi-cylindre, à une seule entrée de clé, souvent l’option choisie pour toutes les portes qui ne nécessitent pas un verrouillage intérieur (garage…).

Du cylindre dépend la sécurité. Il peut être anti-crochetage, anti-perçage grâce à sa rondelle en acier traité, anti-casse et anti-copiage (seul le fabricant peut reproduite la clé).

On trouve aussi des cylindres à profil Suisse, où tourne un engrenage, des cylindres à pompes qui disposent de 8 à 10 gorges ou encore des cylindres européens à roue dentée qui permettent d’augmenter le niveau de sécurité.

L’installation d’un cylindre ou son remplacement est relativement aisée. Il faudra veiller à ne pas le faire dépasser de la porte, ce qui le rendrait facile à enlever. Le coût de l’équipement varie beaucoup en fonction des options. Les prix s’étendent de 30 à 200€, clés comprises.

Serrure de boîte aux lettres : Ce qu’il faut savoir

Il existe un très grand nombre de serrures. Qu’il s’agisse d’équiper une porte, un garage, un portail ou encore un coffre, le choix doit se faire en fonction du support et du degré de sécurité souhaité.

En ce qui concerne la boîte aux lettres, c’est encore une autre catégorie. Elle correspond en générale à une certification de La Poste. Cette serrure, dite batteuse, peut également se trouver sur un meuble ou un local électrique.serrure boite aux lettres

Caractéristiques

La serrure d’une boîte aux lettres doit pouvoir être ouverte par la clé du facteur. Ainsi dans le commerce, on trouve des boîtes homologuées, quel que soit le fabricant. La serrure qui les compose est dite « batteuse ». Son ouverture et sa fermeture tolèrent une clé technique que possèdent facteurs, pompiers ou encore techniciens EDF.

Celle-ci peut être en applique, c’est-à-dire présenter un boîtier apparent, ou à encastrer. Le pêne de la serrure (l’un des 4 composants d’une serrure, activé par le cylindre et qui actionne la gâche pour verrouiller) fonctionne soit en pivot soit en demi-tours.

Tout l’intérêt de ce système est qu’il est pratique et sécurisé, bien que n’importe quelle personne disposant de la clé technique puisse accéder au contenu de la boîte aux lettres. Ce type de serrure affiche des prix abordables, de 5 à 30€. Toutefois, il est plus courant d’acheter une boîte avec serrure intégrée, les modèles varient de 25 à 300€ en fonction du matériau choisi et de la sophistication.


Fonctionnement et installation

La serrure de boîtes aux lettres possède un fonctionnement très aisé. Elle se présente sous la forme d’un petit fouillot (c’est-à-dire d’une pièce qui renvoie l’effet de ressort dans une serrure) dans lequel vient se loger une petite clé de sécurité. Celle-ci va actionner un pêne et permettre une ouverture uniquement extérieure.

Pour installer une nouvelle serrure, il suffit de se munir d’un barillet identique au précédent, c’est-à-dire d’un barillet batteuse dans 90% des cas, puis de le visser à la place de l’ancien !

Tout sur la serrure anti-panique

serrure-secoursBien connue des propriétaires de locaux accueillant du public, la serrure anti-panique se trouve généralement sur les portes de secours. Il en existe de toutes les tailles et de toutes les couleurs, au point que certains particuliers n’hésitent plus à en installer chez eux pour un effet contemporain ou industriel, mais leur but premier est bien de permettre une évacuation simple tout en maintenant la sécurité dans le bâtiment.

La serrure des urgences

La serrure anti-panique doit être installée dans tous les locaux susceptibles d’accueillir du public, qu’il s’agisse d’immeubles administratifs, commerciaux ou à usages privés et professionnels. Tous ces bâtiments sont en effet tenus par leurs assurances de répondre à des normes d’évacuation très strictes, comme l’ouverture de porte rapide et facile et le fait que cela doit se faire sans clé.

Si la porte est bien verrouillée de l’extérieur, la serrure anti-panique peut s’ouvrir de l’intérieur d’une simple pression de la barre latérale qui la compose.

Ce type de serrure représente un coût, de 100 à 1000€, et doit être installée par un professionnel.

Les normes

serrure-anti-panique

Lorsque l’on choisit d’équiper une porte avec ce type de serrures sans clé, il faut veiller à respecter certaines règles. La barre ne doit par exemple pas excéder les 8 kg afin d’être facilement actionnée par tous, des enfants aux personnes handicapées ou âgées.

De plus, une simple pression doit permettre son ouverture, et la barre ne peut dépasser de plus de 10 cm de la porte afin de faciliter le passage en cas d’urgence.

La porte quant à elle doit être anti-feu, soit en affichant une résistance mécanique, soit mécanique (étanchéité aux flammes et au gaz) options auxquelles peut s’ajouter une isolation thermique. La contrepartie de cette technologie est que la porte peut peser plusieurs kilos.

Perte et vol de ses clés, que faire ?

La perte ou le vol de ses clés ne doivent pas être pris à la légère. En plus d’être contraignants, ils peuvent entrainer un cambriolage mieux vaut donc agir rapidement.

Le cas le moins grave

La plupart du temps, les clés ne sont pas volées mais simplement perdues. Si l’on a de la chance, aucune adresse ne figure sur le trousseau, ce qui certes ne permet pas à la personne qui les trouverait de venir les rendre, mais ce qui évite tout risque de cambriolage. Si aucun document ne permet de connaitre l’adresse de votre domicile, il faut commencer par s’assurer qu’il s’agit bien d’une perte, en cherchant au bureau, dans la voiture, le hall d’un immeuble ou encore un parking. Si après cela les clés ne réapparaissent toujours pas, libre à vous de faire appel à un serrurier pour changer le cylindre de la porte d’entrée.

perte vol clés

Quand changer la serrure devient obligatoire

En cas de perte ou de vol de clés, il peut être absolument nécessaire de changer rapidement de cylindre.

C’est par exemple le cas lorsque les clés sont introuvables et que l’on n’est incapable de dire s’il s’agit d’un vol ou d’une perte. Dans le doute, mieux vaut donc contacter un serrurier et changer le cylindre ou la serrure. Attention, certaines clés permettent d’ouvrir plusieurs portes comme celles des parties communes ou encore du hall d’entrée. Il est alors nécessaire de prévenir le syndic, la sécurité de tous les habitants étant remise en question (accès aux caves par exemple). A vérifier également, son contrat d’assurance qui ne couvre pas toujours les vols.

Autre possibilité, les clés ont été perdues et sur le trousseau figure votre adresse. Il faut alors agir très vite pour éviter tout cambriolage. Pour moins de désagrément, lorsque l’on habite un immeuble et que la clé donne accès à plusieurs parties, mieux vaut opter pour un cylindre provisoire en attendant de recevoir un nouveau cylindre en extension qui aura les mêmes fonctionnalités que le précédent, une option à voir avec son serrurier.